Accidents sur les rallyes…

Après le terrible accident du rallye des Maures hier, je voulais juste vous faire un peu partager mon expérience… Parce qu’à chaque fois qu’une telle chose se produit je lis des choses odieuses, des gens qui ont des solutions toutes faites, et qui souvent accablent les victimes…

Alors vous me connaissez avec mon petit côté écolo (comment ça beaucoup parfois ?!!) Mais malgré ça, et parce qu’il y a sans doute des contradictions dans chacun d’entre nous, j’aime bien les rallyes. Et il y a quelques années, mon petit frère décide de se lancer là dedans, histoire de se faire plaisir,  de tester de nouvelles sensations, « avoir le droit de rouler vite » ^^ Bon, je préférais le savoir là-dedans plutôt que faire le fou sur la route, là, c’est un minimum sécurisé, et les secours sont proches, même si les accidents arrivent, malheureusement.

Rallye de la Haute Vallée de la Loire 2007 : il nous indique (à ma belle soeur et moi) un endroit assez proche du parc fermé (là où les pilotes garent leurs voitures entre les épreuves, donc là où on pouvait le voir). C’est un endroit noté « point spectacle ». Le plus gros freinage du rallye, une grande ligne droite, puis un grand virage à gauche. Des dizaines de spectateurs sont là, consciencieusement derrière les barrières. Les voitures passent…vraouuum…vraouuuum… on ne fait pas vraiment gaffe, jusqu’à ce que les numéros sur les voitures commencent à se rapprocher de celui du frangin. On décide de se rapprocher de la route, histoire de prendre une belle photo de lui. Je teste mon nouvel APN, mon bridge, son mode sport, et surtout son mode rafale. Il reste une petite dizaine de voitures avant lui, je m’entraîne. Si je déclenche quand la voiture est au niveau de la maison là bas, j’ai une première belle photo de face, la seconde en appui avec parfois les freins qui fument, et la troisième de côté quand la voiture tourne.

Si j’arrive à faire ce genre de cliché de mon frère, il va être super content !!

Les voitures tournent à facile 20m de nous.

Celui-ci se fait peur et freine fort :

Vous voyez les traces sur la route ? nous sommes quand même loin des voitures (surtout que j’ai un bon zoom), quand je vois certains qui pour les sensations se mettent à 1 ou 2m de la route… Non, nous on veut voir passer mon frère, le photographier, crier pour l’encourager, on ne cherche pas à avoir le frisson d’un capot qui nous fait de l’air…

Je plaisante avec le gendarme réserviste juste devant moi, de l’autre côté de la banderole rouge et blanche, je fais mine de le pousser pour pouvoir être plus dans l’axe de la route, nous rigolons tous les trois. Les gens sont disciplinés, tous restent derrière cette banderole, et quelques mètres plus loin, derrière la barrière de fer. La plupart des gens amassés là sont comme nous des familles de pilotes, leur femme, leurs enfants, venus les encourager. Nous ne sommes pas des fous-furieux qui cherchons à nous mettre en danger, nous sommes dans une zone balisée, et en 10ans de rallye, pas une seule voiture n’est sortie par là.

Et puis cette voiture arrive. J’ai le nez dans mon APN, je n’ai pas réagi de suite : 1ère photo normale, mais la deuxième est fortement déviée de l’axe : elle nous fonce dessus et surtout, elle ne freine pas :

Ses freins ont lâché. Au dernier moment, il tire le frein à main, ce qui a pour effet de finir de le déporter sur nous. Son capot effleure mes genoux, sa roue avant me touche à peine le pied, cela me donne juste un peu d’élan et me fait tomber. En tombant je vois et j’entends la suite, un bruit terrible de tôle, des cris, et des spectateurs à quelques mètres de moi qui littéralement s’envolent. Et cette poussette que je vois monter à plusieurs mètres avant de retomber sur le côté. Je suis abasourdie, et la seule chose que je pense c’est « pleure bébé, montre moi que tu es vivant ». La petite fille se met à hurler, je suis soulagée. Je vois arriver en courant un spectateur moins sonné que moi qui relève la poussette et s’occupe du bébé. Je me retourne et vois ma belle-soeur en larmes : elle m’a vu disparaître d’un coup, et comme je suis toujours par terre, elle ne me voit pas. Je me lève et vais la rassurer. Le pilote sort de la voiture et répète comme une litanie « la pédale est tombée au fond, j’ai rien pu faire, ça répondait plus…. »  Les commissaires de courses arrêtent immédiatement le rallye, une voiture qui était partie est arrêtée avant son arrivée sur les lieux. Les ambulances commencent à arriver. La barrière qui était sensée protéger les spectateurs a été projetée et est ainsi devenue une arme puissante, soufflant tous les spectateurs derrière.

D’un coup, on se dit qu’il faut prévenir mon frère. Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé depuis l’accident, peut-être 5minutes, peut-être plus. On part en courant, évidemment, pas de réseau où nous sommes. On remonte vers le parc fermé, et le départ de la spéciale. J’appelle mon frère, ma belle-soeur le sien qui faisait l’assistance un peu plus loin sur la spéciale.

« -T’es où ?

-au départ, ils ont arrêté la course une voiture devant moi

-y’a eu un accident

-vers vous ? t’as vu quelque chose ?

-sur nous…

-….
Vous allez bien ? c’est toi qui m’appelle, comment va ma chérie ?

-on va bien, mais y’a des blessés, plein, la voiture nous a foncé dessus, il avait plus de frein

*bruit de moteur qui se coupe*

-je tremble rien que d’y penser, je ne prendrais pas le départ

-on monte te rejoindre. »

On est montée encore, croisant des tas d’ambulances. On s’est arrêtée dans un bar pour se reprendre, boire un coup, nous sommes toutes les deux choquées.

Le gendarme qui était devant moi à été percuté de plein fouet, celui là même avec qui je plaisantais quelques minutes auparavant. Il a été projeté sur la barrière métallique, coincé entre la voiture et la barrière.

Un hélico, puis deux. On ne sait pas combien il y a de blessés, mais une douzaine d’ambulances sont descendues, et un centre de commandement.

On retrouve mon frère au parc fermé, on se rassure mutuellement. Les dirigeants du rallye appellent les pilotes, il y aura un vote à main levée pour savoir si les gars veulent continuer le rallye, cette spéciale en moins bien sur. Le vote est sans appel, 95% des pilotes veulent arrêter. C’était leurs familles.

Et là, un con, un beauf, alors que nous attendons derrière les grilles « putain, j’espère qu’ils vont continuer le rallye, au prix que ça coûte aux pilotes, et tout ça parce que y’a des gens qui se mettent n’importe où ». Le même genre de réflexion que je lis sur les forums aujourd’hui suite au drame des Maures…

J’ai pété un plomb. Je suis plutôt gentille d’habitude, vous le savez, mais là, j’ai explosé et je lui ai hurlé le fond de ma pensée : on était derrière les barrières, ce sont les familles des pilotes qui ont été touchées, et je lui raconte pour la poussette, en criant… Des dizaines de personnes étaient amassées à la buvette derrière et toutes se sont tues.

Un peu plus tard, un monsieur qui m’avait entendue est venu me voir, alors qu’on partait. Il m’a donné des nouvelles de tous les blessés. Douze hospitalisés, deux graves, dont le gendarme, mais sortis du coma, des bras et des jambes cassées, et la petite fille de la poussette, elle aussi, quelques fractures, mais tirée d’affaire. C’est rassurée que je suis partie du rallye. Mais j’ai été bien incapable de ramener ma voiture.

Des cauchemars les semaines qui ont suivi, ce bruit de tôle dans ma tête, cette poussette, le sang… J’ai recherché sur les forums des nouvelles des blessés, j’ai ainsi suivi la santé du gendarme, sans que lui ne le sache d’ailleurs, je lui ai envoyé des pensées positives de toutes mes forces pour son rétablissement.

Alors que faut-il faire pour ces accidents ? Les rallyes sont souvent sur plusieurs dizaines de km, tout sécuriser est difficile, mais ils ont mis au point des « zones vertes », des endroits où normalement vous ne risquez rien, je ne peux que vous encourager à les respecter. Mais l’accident est toujours possible, et toutes les configurations sont possibles, pensez-y. Ne vous mettez jamais plus ou moins dans l’axe des voitures, des freins qui lâchent ça arrive.

Problème mécanique, problème humain, tout peut arriver.

Personnellement, suite à ça, j’ai continué à aller voir mon frère, parce que j’étais trop angoissée de ne pas être sur place, mais je ne me suis plus jamais mise au niveau de la route, toujours au dessus, et loin, très loin, tant pis pour les photos.

Faut-il interdire les rallyes ? à ce compte là, il faut aussi interdire tous les loisirs qui présentent des risques et des morts chaque année : la chasse, le parapente, le ski, la rando, la varappe…….. et bien d’autres encore…

La solution n’est pas simple et toute faite. Pour moi, il faut prendre chaque rallye indépendamment, analyser les risques, et surtout se dire que le risque zéro n’existe pas. Il faut bien sûr responsabiliser le public, faire l’impasse sur un petit frisson pour sauver sa vie, pour moi, il n’y a pas photo.

Mais n’accablez pas les victimes, n’accablez pas le pilote, je sais que dans notre société, il faut des responsables, mais comme on dit parfois, c’est juste la faute à pas de chance…

Le pilote d’hier aurait fait une erreur (bien que je viens de voir qu’il aurait en fait eu un problème mécanique, de freins) mais quand bien même, pensez vous qu’il a fait exprès de rentrer dans la foule ? Il doit être terriblement choqué…

J’envoie vraiment toutes mes pensées aux victimes et à leurs familles.

Courage.

14 commentaires sur “Accidents sur les rallyes…

    • bah je suis pas non plus hyper hyper fan, depuis que mon frère a arrêté, je ne suis plus allée en voir un seul, mais disons que je comprends beaucoup de choses du drame du Var…

  1. Merci Drine pour ce beau texte! Comme toujours on lance trop facilement la pierre. Dans toute activité on n’évitera jamais 100% des risques: tout ce que l’on peut faire c’est de prendre un max de précautions et d’être raisonnable dans son propre comportement: après l’imprévisible joura son rôle parfois dramatiquement.
    Belle journée
    Antonio
    antonio Articles récents..Eugenio Montale: L’anguillaMy Profile

  2. Bonjour,

    J’étais ce jour là au pont d’Estaing. Je faisais l’assistance d’un ami et avions un moment pour le voir passer au pont. Finalement on ne l’a pas vu, j’ai simplement fait un vol par dessus le pont pour me retrouver le derrière dans la gazeille dans 30 cm d’eau et je ne sais toujours pas pourquoi et comment mais presque indemne, quand même fortement choqué.

    J’ai mis du temps à retourner sur les rallyes et un peu comme toi je me mets franchement en hauteur de la route. Je dois bien avouer que je ne prends pas le même plaisir qu’avant car j’ai toujours une crainte.

    On était une 6 dont 4 n’avait jamais vu de rallye, ils ont été servi. Personne n’a été gravement blessé.

    J’avoue que même fan de rallye j’en ai quand même voulu au pilote et d’ailleurs j’ai pensé au début que c’était une erreur de pilotage. Je lui en ai voulu car il a dit un mot à la sortie du parc fermé une demi heure avant l’accident du style je suis content parce qu’on est pas encore sorti de la route en rigolant comme si c’était un coutumier du fait.

    En tout cas, à chaque fois qu’il y a de nouvelles sorties, cela me glace le sang mais il est vrai qu’on ne peut pas écarter tous les risques, notamment de pannes mécaniques.

    J’ai trouvé ton témoignage avec grand plaisir et comme quoi on oublie pas si vite.

    Cordialement

    • Non, on oublie pas, maintenant que mon frère a arrêté le rallye, je ressens des frissons à chaque fois que j’entends des voitures de rallye passer à proximité. De tous ces rallyes, tous ces moments, ces années, ce souvenir est ce qu’il en reste de plus fort…
      Merci de m’avoir apporté ton expérience
      Cordialement aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ cinq = 11

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge

Vous pouvez ajouter une image a votre commentaire en cliquant ici.