Encore une fois, on vient de me dire : « un loup ça sert à rien« …. oui, oui, un lynx non plus, un renard non plus, un ours non plus, les guêpes non plus, les belettes non plus, les écureuils, les blaireaux,….. etc… Elle est longue la liste de ce qui ne « sert à rien »….

Et pourtant, certains s’acharnent à essayer de préserver la « Biodiversité« , c’est quoi ça, à quoi ça sert ?

Simple, définition wikipédia : La biodiversité désigne la diversité du monde vivant.

Je tombe dans mes recherches sur cette déclaration d’Hubert Reeves qui date déjà de 2002…
« On fait souvent état, sur le plan des recherches en sciences agricoles, en pharmacopée, et d’une façon générale en plusieurs domaines de l’industrie, des pertes qui pourraient résulter de la disparition de certaines espèces végétales et animales.
Pour aborder cette question dans toute sa dimension, il me paraît essentiel de nous extraire au départ de notre vision anthropocentrique de la nature. Les vivants existent de leurs pleins droits et n’ont pas à se justifier d’exister.

Les mots « espèces nuisibles » et « mauvaises herbes » ne sont que le reflet de notre préjugé séculairement ancré (jusque dans la Genèse…) que les plantes et les animaux sont là pour nous servir ou nous réjouir et que nous avons sur eux un droit discrétionnaire. En réalité, nous sommes une espèce parmi tant d’autres et, de surcroît, face à l’appauvrissement de la biodiversité dont nous sommes responsables, nous mériterions plus que tout autre le nom d’espèce nuisible. Chaque extinction est une perte irréparable, un désastre navrant. Il faut rappeler que chaque espèce connue ou encore inconnue de nous est un prodige de la nature, le résultat et l’aboutissement d’une évolution biologique qui s’étend sur des millions et des milliards d’années.

C’est là la première et la plus importante justification de la préservation de la diversité. Toutes les créatures ont le droit d’exister et les êtres humains ont le devoir de les protéger et surtout de ne pas provoquer leur extermination.

La seconde raison de préserver la biodiversité de la vie, c’est la prodigieuse palette des formes et des couleurs, c’est la multitude des comportements adaptatifs: cette richesse est essentielle à l’évolution qui y puise les ressources nécessaires à son maintien et à sa poursuite. Il ne faut rien en supprimer, et la garder intacte comme le garant d’un futur à ne pas compromettre

Chaque espèce est une merveille : une manifestation de la prodigieuse inventivité et créativité de la vie qui s’est développée pendant des centaines de millions d’années et dont nous sommes issus. Les spectacles de l’épanouissement de la végétation au printemps, le retour des oiseaux migrateurs, sont des éléments qui manquent de plus en plus cruellement à l’humanité contemporaine largement confinée dans le béton urbain. Pouvoir jouir de la beauté de la nature est essentiel à notre équilibre psychique.

Et je placerai en troisième place le potentiel économique et médical perdu par l’appauvrissement de la biodiversité. La pharmacopée a largement profité des connaissances médicinales traditionnelles des différentes ethnies. Dans le vaste ensemble des plantes non-encore inventoriées ou mal connues, il y a sans doute d’importantes moissons de nouveaux remèdes qui ne guériront personne si on les élimine. »

Hubert Reeves, en avril 2002 (campagne écocitoyenne de FNE )

image de renardeau de Mickael Brangeon, lors de sa première expédition, les autres sont de moi.
Vous aimerez peut-être

9 coms sur “Pourquoi sauver la biodiversité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web

CommentLuv badge

Vous pouvez ajouter une image a votre commentaire en cliquant ici.