Qui a peur du grand méchant loup ?C’est peut-être vousC’est pas nous !

J’ai cru m’étouffer en entendant ma fille chanter ça… Et oui, à 3ans, on n’échappe pas aux trois petits cochons… Mais MA fille quoi, moi, la passionnée de loups, elle a un poster juste au dessus de son lit, et elle le sait, il veille sur elle…

Les enfants sont très influençables et influencés par des contes d’un autre âge, sortis de leur contexte…

Prenez Le petit chaperon rouge par exemple, je suis sûre que vous êtes restés sur la version des frères Grimm, celle où le chasseur arrive, ouvre le ventre du loup et sauve la brave grand-mère et l’enfant de cette sale bête qui finit le ventre chargé de pierres… Mais ce n’est pas le conte original, non. Le conte de Charles Perrault a une moralité, et parle de faits de société, comme souvent les contes à l’époque… Cela se termine au moment où le loup mange le petit chaperon rouge, point. Pas de chasseur sauveur, pas de fin heureuse. Par contre, une moralité :

On voit ici que de jeunes enfants,
Surtout de jeunes filles
Belles, bien faites, et gentilles,
Font très mal d’écouter toute sorte de gens,
Et que ce n’est pas chose étrange,
S’il en est tant que le Loup mange.
Je dis le Loup, car tous les Loups
Ne sont pas de la même sorte ;
Il en est d’une humeur accorte,
Sans bruit, sans fiel et sans courroux,
Qui privés, complaisants et doux,
Suivent les jeunes Demoiselles
Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ;
Mais hélas ! qui ne sait que ces Loups doucereux,
De tous les Loups sont les plus dangereux.

Alors, lisez bien, adultes que vous êtes, et dites moi si franchement il parlait d’une bestiole à 4pattes…

Mais les contes ont été détournés, édulcorés, au détriment du loup qui ma foi n’était devenu qu’un nuisible aux activités humaines. Alors c’est devenu le diable qui veut manger les agneaux du Seigneur, la beste qui attends de croquer un enfant, tapie derrière un buisson à la sortie de l’école.. Tout cela est profondément ancré dans notre culture française… La peur du loup…

Les temps ont changé depuis,  on a pris conscience qu’on était pas les seuls sur Terre, et surtout qu’on ne pourrait pas survivre seuls, en continuant à écraser les autres espèces vivantes. On connait aujourd’hui l’importance de la biodiversité. Si on enlève un seul maillon de la chaine dans laquelle nous sommes, tout s’écroule, et on risque juste de se retrouver sans plus rien à bouffer, à long terme certes, on est comme la grenouille dans la marmite…

De quoi elle nous parle encore ?

De ça, de l’engourdissement de notre esprit critique et de notre capacité de réaction : je vous raconte une autre histoire…

« Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.

Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

La température continue à grimper. L’eau est maintenant chaude.
C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant.

L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien.

La température continue à monter jusqu ’au moment où la grenouille finit tout simplement par cuire et mourir, sans jamais avoir fait quelque chose pour s’extraire de la marmite.

Pourtant, si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50° Celsius, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite …

Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une  manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart  du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte. »

Olivier Clerc

Nous vivons dans ce monde aujourd’hui, où nous sommes bien incapables de nous éjecter de la marmite. Les choses sont bien comme elles sont, c’est « pas si grave »… Les zecolos sont que des défaitistes qui pensent au pire, qui cherchent à nous faire peur mais bon, ça va pas si mal hein ?

Et les loups ?

à quoi ça sert un loup ? à rien, comme toi.

Quand ils ne sont plus là, les déséquilibres viennent, doucement mais surement… Récemment, on s’est rendus compte que le loup était en train de sauver le lynx du Canada… Marrant ? pas tant que ça, lisez donc. C’est l’exemple typique de l’importance du loup dans la nature. Un autre article montre qu’il fait aussi pousser les arbres… Un maillon indispensable, comme tant d’autres certes, et que nous les hommes sommes bien incapables de remplacer comme nous le croyions en l’exterminant de notre pays…

Nous voulons le meilleur pour nos enfants, n’est ce pas ?

Et ne trouvez vous pas important qu’ils soient éduqués à reconnaitre quand la marmite chauffe trop, qu’ils apprennent à respecter leur environnement, afin qu’ils vivent dans les meilleures conditions possibles ?

Je vous ai parlé 100fois de Peupleloup, mais en fait, c’est exactement ça cette association ! Mickaël vient conter son histoire certes, mais avec toute une philosophie derrière, de respect, d’éthique. Les enfants l’adorent et ont les yeux qui pétillent, ça j’ai pu le constater moi même. Ils comprennent toute l’importance de ce qu’il raconte, même et surtout parce qu’il fait ça en imitant le cri de l’écureuil, parce qu’on voit des images de loups qu’ont pas l’air si méchants (et qui portent pas de bonnet de nuit). Il essaie de faire passer le message du respect de la vie, sous toutes ses formes, et ça marche ! Parlez à un seul enfant qui a vu Mickaël, il va clairement vous l’expliquer !!!

A travers son aventure, ces notions passent, et c’est ça le but premier de notre association !

Avec l’école de CP Chantereine, les liens tissés ont été encore plus forts grâce à Twitter, je vous laisse aller lire les réactions si saines et spontanées des enfants

Voilà, le pourquoi j’ai fait cet article est simple, je veux que cette aventure continue, je veux que ma fille le voit dans son école, avec ses nouveaux copains qu’elle va rencontrer lundi (ça c’est pour le côté égoïste de la chose) mais aussi, je veux qu’elle grandisse au milieu d’autres enfants qui auront été touchés par cette philosophie de vie, je veux qu’elle ne tombe pas en grandissant dans les travers dans lesquels nos ancêtres et nos contemporains sont tombés, se croyant tout puissants sur Terre.

Et pour cela, on a besoin d’un petit coup de pouce pour démarrer l’année, parce que l’association ne vit que grâce aux dons, on a pris un pari : celui de récolter 500€ en un mois, ou rien. Juste de quoi lancer l’année scolaire… Pour moins que le prix d’un paquet de cigarettes, vous pouvez faire ça en quelques clics. Et si vous ne pouvez pas, faites circuler le lien, vous nous rendrez grand service !

♥ MERCI ♥

1 commentaires sur “Quand on parle du loup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *