J’entends souvent utilisé à tort et à travers le terme de réintroduction, je voulais fixer un peu les idées…

Réintroduction du loup, réintroduction du mouflon, réintroduction de l’ours… Dans ces trois cas, le mot est utilisé à mauvais escient, pourtant, on l’entend souvent dans les médias.

Alors :

La réintroduction est le fait de ramener (de la main de l’homme bien sûr) une espèce animale dans son milieu naturel. Par exemple, pour le lynx qui avait disparu de France, nous (l’homme) sommes allés chercher des animaux dans des zoos ou dans des endroits où ils sont nombreux pour les relâcher dans les massifs français où ils existaient auparavant, mais dont ils avaient disparu.

Pour quoi ce terme est faux pour le loup ? Parce qu’il revient de lui-même. En effet, l’homme n’est pas intervenu dans ce retour. Les italiens avaient réussi à sauvegarder un noyau dur d’animaux dans leur massif des Abbruzzes. Et c’est depuis ce massif que le loup revient pour reconquérir d’anciens territoires. Un mot sur la dispersion : une meute est en fait une famille, le père et la mère, les dominants, sont les seuls autorisés à se reproduire au sein de la meute. Si un jeune loup veut fonder sa propre meute, il doit partir pour cela, se trouver un territoire, une compagne, et fonder sa propre famille. C’est cela qui est appelé dispersion. Pour ce faire, il peut parcourir des centaines de kilomètres, jusqu’à trouver un terrain propice, et les Alpes tout d’abord, avec le massif du  Mercantour étaient toutes désignées pour cela. Frontalières avec l’Italie, des conditions de vie, du gibier, il a reconquis cet ancien territoire. Peu à peu, par le même phénomène, sa présence s’étend aux massifs voisins. Voilà, vous l’aurez constaté, c’est le fonctionnement même de la meute qui a induit ce retour en France, en aucun cas l’homme n’est intervenu, si ce n’est les Italiens qui ont su conserver leurs loups.

Ensuite, le cas du mouflon dans les Alpes. Là aussi c’est faux, car il ne s’agit pas de son milieu naturel. C’est une introduction d’espèce, non pas une réintroduction. Le mouflon est corse, adapté à la montagne rocailleuse, et non pas à la montagne enneigée. En effet, leurs sabots sont parfaitement adaptés pour  se déplacer sur des falaises abruptes, beaucoup moins dans des endroits très enneigés. Ce qui fait que lors du retour du loup, leurs populations introduites dans les Alpes ont été très exposées, étant donné les difficultés qu’elles avaient à se déplacer, c’étaient des proies faciles.

Pour finir l’ours, là je chipote un peu plus, mais je trouve aussi que ce n’est pas une réintroduction qui est conduite dans les Pyrénées. En effet, les choses ont été mises en oeuvre alors que l’ours pyrénéen était encore présent dans le massif. Même si aujourd’hui, il n’y a plus d’ours purement pyrénéen depuis la mort de Cannelle en 2004, tuée par un chasseur… Enfin, pour moi, il ne s’agit pas de réintroduction puisqu’il n’avait pas disparu. Je parlerai plus de renforcement ou de restauration de population.

Voilà, je trouvais important ces quelques précisions, ça m’arrache les oreilles quand j’entends ce mot utilisé à toutes les sauces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *